Home » VdE – la Ponantoise Sud – le récit

VdE – la Ponantoise Sud – le récit

retour à la Ponantoise Sud

Jeudi 23 avril – le grand départ

Le départ était prévu à 11 h et c’est seulement avec 10 minutes de retard que 2 voiliers larguent leurs amarres, RUZED COZ avec Marc et ENAWEN avec Michel, sous le regard d’une 20aine de personnes venues et nous encourager et assister Yannick et Brigitte pour la mise à l’eau d’ ESPRIT DE SEL et Pierre pour le matage de SIRIUS.

Gilles B. se met à gréer AR WELLEN pendant que LOCMARIA avec Gilles M. et son père nous accompagnent jusqu’au Steir.

Vincent et Natacha sur MAX partent de Loctudy et nous devons les rejoindre au large des Moutons.

Départ vent de face qui tombe brutalement devant le Guilvinec, nous obligeant à utiliser notre première risée gasoil.

Cap sur Loctudy, pour récupérer MAX qui y a effectué son armement et son avitaillement depuis lundi.

A 13h45 le soleil apparaît, incitant MAX à quitter son mouillage à 14h30, nous nous rejoignons à La Rouge des Glénan pour faire route ensemble vers PENFRET où nous mouillons à l’ancre dans l’anse Est sous l’éolienne ePonantoise Sud (77)t les Cunégondes.

Dîner à bord d’ENAWEN dignement terminé avec la bouteille de champagne de Jean-Michel au son de la musique et sous les éclats de la boule à facette.

 

vendredi 24 avril – les lendemains qui déchantent

Levée 8h30, à 10h tout est encore calme à bord de MAX

Essais infructueux de démarrage du moteur d’ENAWEN, GPS avec alarme de mouillage, recharge des 2 VHF et du téléphone plus l’éclairage style illuminations de la veille ont eu raison de la batterie 🙁

Ponantoise Sud (102) (Copier)Départ à la voile après installation en sécurité du moteur 2,5 CV de l’annexe sur l’échelle de bain de la jupe 🙂

Vent de sud, soleil, route sur Kernével dans la rade de Lorient pour l’achat d’une batterie neuve.

1ère conclusion, sur un voilier le moteur est très important (prévoir un hors-bord de secours prêt à installer)

2ème conclusion, sur un voilier de 3 tonnes un 2,5 CV est suffisant pour les manœuvres de port (sans vent sans courant)

Repas pris  au Tour du Monde sur le terre-plein du Port de Kernével 

samedi 25 avril – la croisière repart

La batterie rechargée au quai durant la nuit permet de redémarrer le moteur (elle Ponantoise Sud (144) (Copier)passera en batterie de servitude). Appel du magasin USHIP de Lorient pour l’achat d’une batterie de démarrage. Un collaborateur USHIP me prend au quai en voiture, m’amène au magasin et me ramène avec la batterie (merci USHIP)

Direction Groix par vent de force 3-4 Beaufort. Nous faisons cap sur la pointe nord-ouest de Pen Men et en profitons pour faire le tour de l’île par la côte sud (Locmaria) puis contournons à l’est la pointe des Chats et la plage des Grands Sables avant de remonter sur Port-Tudy

Nous y arrivons à 17h, bière en terrasse avec vue sur nos 3 voiliers au ponton, avant de nous restaurer chez … ti beudeff  bien sûr

dimanche 26 avril – relâche

Nous nous octroyons notre 1ère journée de détente, matinée farniente, déjeuner à bord de RUZED COZ  et visite de l’île comme prévue la veille au soir en louant des vélos, qui pendant la nuit s’étaient transformés en vélos électriques pour certains puis finalement par une voiture de location arrivée chez le loueur.

Tour complet de l’île, Locmaria, Pointe de l’enfer, Pointe Saint Nicolas, grand phare de Pen Men, sémaphore de Beg Melen, Port Lay et plage des Grands Sables pour soutenir Natacha qui y prend un bain.

lundi 27 avril – tristesse

Ponantoise Sud (361) (Copier)C’est avec beaucoup d’émotion que dans le petit matin blême (9h30) nous voyons s’éloigner Marc qui à bord de RUZED COZ nous quitte pour rentrer sur les Glénan puis Kérity, pris par des obligations familiales.

Dans la foulée, après une « petite » douche, c’est à presque 11h que nous quittons le ponton pour faire route sur Belle-Île au prés bon plein puis au travers et au largue, à 6 noeuds, sous un grand soleil.

Après avoir longé la Pointe des Poulains, nous entrons à 17h30 dans le port du Palais où nous sommes placés à couple au ponton dans l’avant-port.

Un excellent bar est dégusté au Poisson rouge avant une visite digestive et de nuit de la citadelle

mardi 28 avril – des îles de rêves

Levée matinal, quelques emplettes à la Coopérative maritime, un peu de frais et de la glace à la supérette et nous sommes prêts à paPonantoise Sud (511) (Copier)rtir vers 11h pour les prochaines îles.

Avec 5 noeuds de vent, c’est à 3 noeuds que nous nous atteignons l’île d’HOUAT où nous déjeunons sur MAX au mouillage dans la superbe petite crique de sable fin de Ber Er Gorlé près de Saint Gildas.

Après la sieste nous re-hissons les voiles pour contourner l’île et faire route sur HOËDIC où nous sommes accueillis par « la » capitaine du port qui nous trouve 2 places au ponton (seulement 8 places visiteurs).

Conditions rustiques, pas d’eau, pas d’électricité, pas de WIFI et une barre 3G à peine et dans de rares endroits de l’île.

Ponantoise Sud (583) (Copier)

Celle-ci se révèle magnifique, sauvage, typique et la soirée se termine à bord d’ENAWEN autour d’un plat d’huitres suivi de tournedos.

mercredi 29 avril – cap sur Noirmoutier

Départ à 8h45, sortie du port, vent de travers, vitesse 5 noeuds, … ça roule

Et là, surprise ! la Vendée n’est pas en Bretagne et le GPS rentre donc en « mer inconnue » au niveau du Croisic. Une seule solution, la nav à l’ancienne, on fait le point, on le reporte sur la carte, on note l’heure, on trace son cap etc… etc…

Ponantoise Sud (667) (Copier)Après un impressionnant passage au milieu d’une 12aine de cargos au mouillage dans la zone d’ attente de St Nazaire, arrivée à 15h à l’Herbaudière avec 2 places en bout de ponton

jeudi 30 avril vendredi 1er mai  – Relâche à Noirmoutier

Un avis de vent frais est annoncé pour jeudi et du 6B avec rafales à 7 pour vendredi et en plus le vent tourne au sud pour descendre sur Yeu … plein sud 🙁

Réunion de crise des skippers (Vincent et Michel) et  des équipages (Natacha) mauvais temps annoncé pour les 3 prochains jours avec de plus des vents de sud, 4 jours étant nécessaires pour rejoindre les îles d’Yeu et d’Aix, il est donc sagement décidé de rester une journée à Noirmoutier et de réorienter la Ponantoise Sud en remplaçant ces 2 îles par celles de l’île aux Moines et d’Ars dans le golfe du Morbihan ou de plus nous serons plus abrités

En attendant nous sommes invités, nourris, promenés sur l’île et cajolés par Mathieu, Mathilde et leurs 2 enfants, des amis de Vincent et Natacha.

Ponantoise Sud (787) (Copier)Le jour se lève en ce 1er mai et la météo est toujours aussi pourrie, pluie vent et un avis de grand frais (BMS 124) WSW 5B avec rafales à 7 nous ferme la fenêtre météo que nous avions espérée pour l’après-midi.

Espoir pour demain matin car demain aprem un autre coup de vent est prévu avec du 6B rafales à 8

samedi 2 mai  – Retour sur Hoëdic

Après 2 jours bloqués à l’Herbaudière par des avis de grand frais (BMS 122 à 125) nous profitons d’une relative accalmie pour amorcer notre remontée vers le golfe en faisant route sur Hoëdic, le prochain BMS (126) annonçant un nouvel avis de grand frais du samedi 2 à 21h au dimanche 3 à 6h (7B).

Route au 310 sous grand voile seule appuyée au moteur, au bout d’une heure de pluie fine et continue nous traversons à nouveau la zone d’attente des cargos devant Saint Nazaire, il sont encore une 10aine.

La loi de Murphy (loi de l’emmerdement maximum) se vérifie à nouveau, alors que sur MAX un virement de bord arrache la manche à air et tord l’aérateur de capot, les 2 VHF du bord donnent des signes de faiblesses, pendant ce temps sur ENAWEN lors d’un empannage c’est le capot du GPS qui reprend sa liberté en passant par dessus bord alors qu’une fixation du rail d’écoute de GV décide de se faire hara-kiri. Profitant du léger désordre qui s’installe à bord le noeud en 8 de l’écoute de génois se défait envoyant celui-ci battre follement autour de l’enrouleur. Le moment est donc tout à fait bien choisi pour que la bosse d’enrouleur surpatte dans le tambour de celui-ci.

Et alors ? et bien tout l’équipage se réunit (le solitaire lui même) et part à l’avant remettre de l’ordre dans ce début de mutinerie.

Pas mal pour un samedi me direz-vous ? Et bien non ce n’était pas fini, car la navigation dans des creux de 2,5 m. à 3 m. avait eu raison d’une aussière fixée (mal surement) sur le balcon avant et celle-ci trainait subrepticement sous le bateau.

Et que fit-elle quand le vaillant skipper démarra le in-board pour faire son entrée dans le port d’Hoëdic ? Gagné, elle se prit dans l’hélice rendant le navire non maneuvrant.

Et alors ? ON avait bien su naviguer à l’ancienne sans électronique, ON saurait bien faire une prise de coffre au milieu du port à la voile même par un force 5 bien établi 🙂 aussi dit, (presque) aussitôt fait

La suite en 2 mots, un plaisancier plongeur qui se propose gentiment de plonger sous le bateau dès qu’il aurait ramené ses araignées et tourteaux pour le repas du soir, puis un transfert vers le ponton, un petit resto (le Café du Repos) et au lit !Ponantoise Sud (774) (Copier)

dimanche 3 mai  – les courants du golfe

Départ pour être à la renverse à l’entrée du golfe (BM 11h37). Mais Murphy continue son travail de sape et c’est le pilote automatique d’ENAWEN (appelez le Marine), qui, n’ayant pas supporté les trombes d’eau des jours précédents, refuse de reprendre du service, le skipper assure donc tous les quarts à la barre, sans jumelles puisque elles aussi etc… etc …

Effectivement dans le golfe, il y a duPonantoise Sud (818) (Copier) courant et c’est à parfois 10-11 noeuds que nous sommes poussés jusqu’ à l’île aux Moines. Soleil et vent nous incite à faire sécher le linge avant d’aller nous restaurer Chez Charlemagne

lundi 4 mai  – tous à l’abri !

Et encore un avis de grand frais annoncé pour mardi de 2h à 21h UTC. Nous profitons donc du jusant pour descendre vers l’entrée du golfe en passant par l’île d’Ars. nous y arriverons à la renverse pour profiter du flot et remonter les 7 milles de la rivière d’Auray pour mouiller à Saint Goustan.

Pique-nique en route dans l’anse du Parun face à la Pointe Espagnole. Puis le magnifique petit port de Saint Goustan apparaît, mais il reste à passer sous le viaduc d’Auray qui annonce un tirant d’air de 14 m.

MAX annonce 11,50 m. ENAWEN 12,5 m. plus les girouettes et autres antennes VHF.

Ponantoise Sud (910) (Copier)

C’est prudemment que nous passons au ralenti nous surveillant mutuellement, mais le jeu en valait la chandelle.

Récompense à l’excellent Chasse-Marée

mardi 5 mai  – journée repos

Bel accueil de la capitainerie qui nous propose spontanément de nous véhiculer à Auray chez un shipchandler et dans une grande surface afin de remplacer nos équipements défaillants et refaire des provisions de frais.

ENAWEN fait donc connaissance avec Raymond, le pilote auto qui viendra épauler Marine qui sèche ses larmes et accepte de re-fonctionner par intermittence.

Ponantoise Sud (959) (Copier)Repos, ballade dans la ville, ses ruelles pavées, son pont de pierre, ses maisons à pans de bois et ses quais animés et promenade « romantique » en annexe pour les MAX’S et … une p’tite crêperie le soir au bara-crêpes

mercredi 6 mai  – la baston

Un nouveau coup de vent est annoncé (le 12ème BMS depuis notre départ, on s’habitue !). Nous décidons de sortir du golfe et de voir s’il est possible de rallier Port Haliguen à Quiberon ou de s’abriter au Crouesty embusqués prêt à bondir

Descente de la rivière d’Auray, nous franchissons la barre et tentons quelques 100aines de mètres vers Quiberon, mais des creux de 3m. et 40 noeuds de vent nous incitent rapidement à faire demi-tour vers le Crouesty qui nous accueille au ponton visiteur

Ponantoise Sud (1038) (Copier)

On y écoute le vent siffler dans les drisses en attendant d’aller à La Marina

jeudi 7 mai  – le retour au calme

Départ pour Groix en passant la Teignouse dans le bouillon puis les Birvidaux. Soleil, au portant, 3-4 B à 5 noeuds, un temps de demoiselles par rapport aux jours précédents.

Ponantoise Sud (1094) (Copier)On pêche même à la traine sur ENAWEN qui ferre un « énorme » poisson qui casse au dernier moment alors que sur MAX on se contente d’en prendre un tout petit 🙂

A Groix on nous reconnait, on s’inquiète même de savoir ce qu’est devenu le 3ème voilier qui nous accompagnait lors de notre passage de la semaine précédente.

Et hop ! direction l’Auberge du Pêcheur

vendredi 8 mai  – la honte

Ponantoise Sud (1148) (Copier)Belle rencontre avec La Recouvrance pour commencer

Voulant sans doute épater Natacha pour son anniversaire, il prit alors fantaisie à Vincent de s’intéresser au réglage de ses voiles.

C’est alors qu’ ENAWEN, habitué à caracoler en tête depuis 15 jours vit passer MAX comme une fusée. En rigolant doucement, il renvoya toute la toile malgré un bon 5 bien établi, remplaça Raymond, le nouveau pilote auto, par un fin régatier et … bernique, macache bono, walou, que dalle, rien n’y fit, ni les débordements au vent pour déventer malhonnêtement MAX, ni les réglages fins ni les départs au surf sur les vagues et MAX arriva à Penfret aux Glénan avec une légère mais confortable avance 🙁

Pas rancunier c’est quand même à bord d’ENAWEN que se pris notre dernier repas, au menu foie gras et araignées (cadeau du matin même à Groix par un sympa copain de ponton)

samedi 9 mai  – retour maison

Nous quittons l’anse Est de Penfret pour 2 heures de nav dans l’Archipel des Glénan. Dans le nord de Penfret nous évitons la Tête de Mort pour longer la superbe plage de sable blanc de Guiriden avant de replonger au sud vers Guéotec et l’île du Loch. Passage au sud de Fort Cigogne en frôlant la Bombe avant de remonter vers Saint Nicolas, puis on longe la Chambre avant de sortir par la Pie.

Cap au 310 pour faire route vers Lesconil dont nous nous dégageons par 2-3 bords au large avant d’arriver à la Poire ou nous prenons 2 bouées en attendant 18h, heure à laquelle nous aurons assez d’eau pour venir nous amarrer au quai de Kérity.

A la PoPonantoise Sud (1252) (Copier)ire 2 bateaux viennent nous saluer et sur le quai une 10aine d’amis étaient là pour prendre nos amarres, admirer nos bronzages et recueillir nos premières impressions.

Très sympa, merci à eux tous

En conclusion :

12 BMS en 17 jours c’est beaucoup ? Peut-être, mais nous nous sommes adaptés aux conditions météo en modifiant au fur et à mesure notre planning initial et notre parcours.

Des incidents et un peu de casse ? Surement, mais statistiquement il y a plus de chance que cela arrive sur 17 jours de nav que sur une sortie de quelques heures.

Alors nous repartirons, avec vous si vous en avez envie. La Ponantoise Nord se dessine à l’horizon pour septembre. Ils restent les îles du Ponant au Nord de Kérity (Sein, Molène, Ouessant, Batz, Bréhat, Chausey) et … plus si affinité 🙂

retour à la Ponantoise Sud

petit lexique
B : Echelle de Beaufort
BMS : Bulletin Météorologique Spécial
GPS : Global Positioning System
KTS : Noeuds
NM : Mille marin
VHF : Very High Frequency

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo