Home » VdE » 12ème animation – chantier du Guip et ateliers des Capucins

12ème animation – chantier du Guip et ateliers des Capucins

C’est une très belle sortie à multiples facettes que nous avait organisée Alain à Brest en ce 27 février.

     Après un départ en co-voiturage à 9 heures 30 de Kérity, nous nous retrouvons une douzaine à 11 heures sur le quai du commandant Malbert au port de commerce devant le chantier du GUIP

     La Recouvrance ayant été sortie de l’eau mi-février pour être carénée, nous saluons l’Abeille Bourbon avant d’être accueilli par Yann Mauffret, gérant du chantier, qui nous place entre les mains de l’un de ses compagnons.

     Tout au long de la visite il nous fera partager sa passion et celle de ses collègues charpentiers de marine et ébénistes au nombre d’une trentaine.

     Nous commençons par le safran du Mutin, entièrement refait en chêne et qui repose au côté de son prédécesseur.

     Il nous parle ensuite des différents types  de bois utilisés : chêne, orégon, teck entre autres et des difficultés à trouver certains ainsi que des méthodes employées pour les stocker et les sécher.

     Le contrat passé avec la Marine Nationale permet au chantier d’assurer l’entretien et la restauration de l’Etoile, la Belle Poule et en ce moment du Mutin.

     Nous devinons également, sous sa bâche, Pen Duick, que nous avions pu déjà admirer au Nautic à Paris en décembre.

     De retour au chantier du GUIP il poursuit sa cure de jouvence (dépose des membrures et des varangues, re-stratification, puis remise en place de chaque nouvelle membrure en lamellé-collé de frêne et de chaque varangue)

     En effet la restauration des bateaux du patrimoine et des yachts classiques est une autre facette de l’activité du chantier.

     Un premier yacht de 60 pieds est en restauration complète. Une fois l’intérieur et le pont démontés et vidés, des varangues bois et inox ont été changées. Le liston et le pont sont en cours de construction avant la réfection complète de la coque et de l’intérieur.

     Exemple du travail du bois très minutieux sur la photo ci-jointe (traverse courbe en chêne de support de pont avec aux extrémités des queues d’aronde à recouvrement d’onglet).

    Autre restauration en cours (10.000 heures de travail) un magnifique yacht de 27 mètres, arrivée tout droit de Méditerranée avec son équipage de 5 marins.

     La quille en fonte a été retaillée de 1 mètre sur l’arrière pour rééquilibrer la ligne de flottaison et renforcée sur l’avant. En effet, ces bateaux anciens n’étaient pas pourvus à l’origine ni de motorisation ni d’emménagement moderne. Ceux-ci, rajoutés par la suite, amènent du poids supplémentaire sur l’arrière.

     Après un tour sur la quai et un coup d’œil sur les vieilles coques en attente, il est temps de choisir un restaurant sur le quai Tabarly. C’est le Arena qui nous accueillera, en terrasse et face à la Marina du Château, pour un temps … beaucoup trop long.

     C’est à pied que nous rejoignons ensuite la gare d’embarquement du récent téléphérique urbain pour passer du quartier de Siam au quartier des Capucins au-dessus de la Penfeld,

     Nous découvrons alors les Ateliers des Capucins, deuxième objectif de cette journée.

     Ces anciens bâtiments de l’Arsenal de Brest ont été transformés en un centre culturel et commercial.

     Le plus impressionnant est surement la « place des machines », au centre de l’édifice, qui représente la plus grande halle couverte d’Europe avec ses 10 000 m2 de surface.

     On y trouve en exposition un certain nombre des anciennes machines (tour Somua, aléseuse Asquith à montant mobile, grand marbre, four Jaubé, aléseuse Richards, et raboteuse Berthiez)

     Le canot impérial de Napoléon, construit en 1810, et qui a fait son retour à Brest le 17 octobre dernier est toujours dans son caisson. Il s’acclimate aux nouvelles conditions de température et d’hydrométrie notamment et reverra la lumière du jour à l’automne 2019.

     Dernier élément de notre visite, la médiathèque qui outre ses 120.000 ouvrages en libre accès, est aussi un lieu de rencontres et d’échanges, grâce à un auditorium, une salle d’exposition, une salle d’animation polyvalente, un atelier numérique, des salles d’accueil sans oublier les 5 salles de cinéma et l’auditorium.

     La tête bien remplie de souvenirs, nous prenons alors le chemin du retour. Mais l’occasion est trop tentante de faire un détour par Douarnenez et Huari Voiles afin de saluer Florian et récupérer quelques voiles, tauds de tangon, capotes et lazy-bags qu’ils nous a préparés en vue de la prochaine saison.

     Il est donc 19 heures bien sonnés quand nous nous séparons sur le port de Kérity en évoquant déjà la prochaine visite en mars au CROSS CORSEN.


2 commentaires

  1. Superbe reportage! comme Daniel, je dis que vu de Belfort, ça fait très envi!
    Ah! Les chanceux!
    Amitiés
    Claude

  2. Beau commentaire sans aucun doute au niveau de la visite elle-même…ça donne envie de faire un tour à Brest!
    Daniel D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

... autres sites météo