Home » VdE » et maintenant … une Capaunordoise

et maintenant … une Capaunordoise

L’idée d’une croisière pour aller sur une dizaine de jours vers le « nord » a été reprise par KERVILY, ENAWEN et BRIDAN

Lundi 31 aout / Destination SEIN

     Les 3 voiliers sont fin prêts pour quitter les bouées de Kérity à 8h00 précise. C’est le chenal de Firbichons, commencé au moteur, qui est choisi par rapport au léger vent d’ouest qui offrira ensuite une allure de travers. Passé le Menhir, le vent est au portant et s’établit certainement plus fort que les 2 Beaufort prévu par la météo. Tant mieux ça avance déjà bien et ce sera encore mieux à peine 1 heure après notre départ en hissant le spi sur ENAWEN et BRIDAN. KERVILY pourvu seulement d’un génnaker partira plus au large. Pour les «spidés» ça paye avec des vitesses régulièrement comprises entre 4 et 5 nœuds jusqu’à midi en restant toujours sur le même cap. Ensuite ce sera voile en ciseaux pour tout le monde et en passant raisonnablement au moteur en approchant  l’île de Sein.

     Le port sera atteint par le chenal oriental. Entrée sans problème et mise à l’ancre facilitée par un espace peu encombré à 14h00. (30 milles nautiques parcourus en 6h). Les annexes d’ENAWEN et de  BRIDAN seront  gonflées et utilisées par les KERVILY pour un accès à la petite plage du port et pour aller dîner à terre.

     « Petites anecdotes du jour » : dauphins accompagnateurs pour les 3 bateaux – Spi déroulé et réenroulé sans problème – Annexe BRIDAN utilisée pour les promenades à la plage du port et le passage au Tatoon pour menu de luxe (espadon, thon, tartine et crème brulée) – rencontre improbable d’un couple sur un Feeling 32 contacté par VHF en navigation par Michel, retrouvé à Sein et qui se révèle connaître  l’ami de Daniel qu’il rencontrera mercredi à Morgat !!!

Mardi 1° Septembre / destination MORGAT

    Les prévisions météo étant identiques à celles de lundi, la belle performance de la veille rend optimiste pour la nouvelle destination sur Morgat. Départ 9h00 : malheureusement le petit vent dans le nez n’autorise qu’une petite vitesse d’à peine 2 nœuds pour ENAWEN et BRIDAN sur un très mauvais cap qui ne leur permettra pas d’entrer dans la baie de Douarnenez. KERVILY, plus « capé » parvient à y rentrer en laissant Tévennec sur son bâbord, mais rapidement c’est  pétole pour tous. Moteur remis en marche à 10h45 jusqu’à12h30 pour entrer dans la baie.

     Avec la reprise du vent, BRIDAN fera ensuite un près serré en longeant la côte sud de la baie jusqu’à Kerourek Pors Peron. Mais ce virement de bord pour traverser la baie sera long et épuisant sans vent, soleil ardent et obligation du moteur pour achever cette purge  ! Les 2 autres voiliers après être remontés au moteur plus tôt vers la côte nord, auront le loisir de longer les grottes qui feront l’objet de la sortie du lendemain. Arrivée pour tous à16h00 aux catways de Morgat. 

     « Petites  anecdotes du jour » : longue marche pour trouver un bar à bière, presque tous sont fermés ! – mauvaise découverte sur l’emmagasineur du spi de BRIDAN, la réparation n’a pas tenu – les « DIAOULIC » nous rejoignent demain pour l’excursion grottes (ça c’est bien !) – Pascale et Claude ont bénéficié du dernier paiement par carte bancaire du jeton indispensable aux douches de la capitainerie … on les soupçonne d’avoir trafiqué l’automate pour que les  skippers d’ENAWEN et de BRIDAN restent crasseux !

Mercredi 2 septembre / Une journée de…Grottes !

    Hélène et Claude L.G. nous ont rejoints par la route et arrivent comme prévu pour embarquer sur nos 3 annexes. Un vrai commando de marines : Annexe KERVILY avec Pascale et Claude N., Annexe ENAWEN avec Michel et Hélène, Annexe BRIDAN avec Daniel et Claude L.G. De belles conditions pour aller longer la côte ouest de Morgat en direction du Cap de la Chèvre, mer calme et soleil.

     Au bon vouloir de chacun, on longe, on s’enfonce dans de petites grottes, on beache … bref on prend le temps d’admirer ces roches calcaires multi fracturées et surplombées de pins maritimes équilibristes. Les quelques petites criques offrent des plages de galets. On en choisira une assez grande après une heure de route pour accoster et prendre le bain, le pique-nique et la sieste qui va avec.

     14h30 c’est le retour, avec une noyade !!! Enfin c’est le moteur de l’annexe BRIDAN qui s’est noyé dans un surplus d’essence ! Un changement sans arrêt au stand de la bougie et c’est reparti. Une  panne d’essence  affectera l’annexe ENAWEN, mais un re-remplissage du réservoir  en cours de route écourtera l’assistance fournie par l’annexe KERVILY. La mer moins calme qu’à l’aller va mouiller fesses et pieds de tous les équipages. Il est 16h00 : mission terminée.

     « Petites  anecdotes du jour » : VHF de BRIDAN tombée à l’eau au déchargement de l’annexe au ponton, rattrapée de justesse par Claude L.G., elle fonctionne comme avant ! – Les « DIAOULIC »  reprennent la route du retour –  Arnaud, l’ami local de Daniel, prendra avec nous l’apéro à bord d’ENAWEN. Dîner au resto en 2 groupes : Arnaud et Daniel d’un coté, et Pascale, Claude et Michel de l’autre.

Jeudi 3 septembre/ Destinations LE CONQUET ou CAMARET

     Le Conquet pour ENAWEN et BRIDAN ,  Camaret pour KERVILY c’est ainsi que les choix ont été faits pour cette journée. Le départ des catways se fait à 9h45 et dés la sortie du port on hisse les voiles pour un près serré qui nous ravit tout le long de la côte ouest jusqu’au Cap de La Chèvre. Un virement de bord pour piquer plein nord, et ce sera le seul et unique pour rallier les différents objectifs. En effet le vent désormais  de travers  se prête bien à nos destinations et il va forcir au cours de la journée, jusqu’à prendre 2 ris dans les génois et de choquer souvent la Grand Voile pour rendre le safran moins dur à tenir. Les pilotes automatiques sont à la peine et les muscles des skippers font de l’exercice !

      KERVILY nous adressera un dernier message VHF lors du passage des Tas de Pois pour virer sur Camaret. Le voyage est un peu plus long pour les 2 autres bateaux et surtout assez éprouvant par le fort courant descendant à l’approche de l’entrée du Conquet. En quelques secondes on pense avancer mais on recule ! Bon le duel tourne en notre faveur et on rentre victorieux dans le port où nous attendent les 2 dernières bouées disponibles. Il est 14h45 et on aura parcouru 25 milles nautiques en 4 heures 30 et en 2 bords seulement.

     Un petit calcul s’impose alors  car le coefficient de marée est encore important et il est vraisemblable que l’on pose en milieu de nuit. BRIDAN aura heureusement ses béquilles car il se posera tout comme ENAWEN sur sa semelle de dériveur intégral.  Les étapes pour BRIDAN : il rague avec sa dérive  puis se pose à 0h33 sur ses béquilles. A 1h45 il lève une patte et il se balancera de l’une sur l’autre jusqu’à flotter à nouveau à 2h15 ! Ouf , le skipper peut enfin dormir.

     « Petites anecdotes du jour » : le sondeur de BRIDAN a décidé d’indiquer la profondeur d’eau en pieds et non plus en mètres … moins pratique ! Et cette initiative de robot a donné une idée au GPS qui refuse de conserver les traces jusque là bien utiles pour savoir par où on est déjà passé … heureusement qu’ENAWEN a du personnel compétent pour réparer tout ça quelques temps plus tard.

Vendredi 4 septembre/ Destination MOLENE

     Le départ a été programmé à 11h30 pour être dans la période  de renverse des marées avec moins de courant.  11,1 milles nautiques sont à courir. Durant la matinée, et pour la première fois dans ce port, un agent de la capitainerie nous aborde pour régler la nuitée. Il nous explique qu’il est en charge d’améliorer le service d’accueil et dans le même temps nous donne de précieux conseils pour rallier Molène et la meilleure manière d’y mouiller. L’heure prévue du départ arrive et on largue nos amarres.

     On a hissé la grand voile mais on ne s’en servira jamais : vent faible et toujours de face ! Tant pis ce sera au moteur avec le coté pratique de pouvoir suivre notre guidage GPS au plus près  des   passages délicats. On passe au sud de Beniguet puis de Quéménes et on remonte le chenal dans l’est de Molène. Un dernier « virage » autour du phare des Trois Pierres et on entre à 14h00 dans le port pour y mouiller l’ancre. Il y a de la place et une fois le calcul des hauteurs d’eau effectué on plante la pioche là où l’on n’espère ni riper ni poser à la prochaine marée basse .

     Une petite virée en annexe pour visiter le village de l’île pour se mettre en appétit. On retiendra la spécialité locale : la saucisse de Molène fumée au goémon. Elle sera mangée le soir même accompagnée de patates à bord de …BRIDAN. ENAWEN était fermé !

     « Petites  anecdotes du jour » : rencontre sur terre puis sur mer d’un propriétaire d’un Gib Sea de 11mètres. Une invitation à y boire un verre de rosé permettra d’apprécier le grand confort du salon de ce « vieux » bateau (1983) qui porte encore beau. ENAWEN en est ressorti un peu jaloux ! – Pas de commentaires très enjoués sur le village de Molène : habitations sans homogénéités laissant une impression un peu triste. Belle visite cependant du sémaphore, transformé en musée. Des tas de goémons séchés  attendent le fumage de la saucisse de Molène qui sera vendue au profit de la SNSM … aux dires de Rachel qui tient la seule baraque du port  où l’on peut boire un petit café.

Samedi 5 septembre / Destination CAMARET

     Nuit tranquille à Molène sans soucis : même pas peur … ni des petits coups de vent, ni des excès intermittents du clapot. Les ancres n’ont pas ripé, les voiliers se sont bien tenus et les skippers ont bien dormi. 9h30, départ prévu. 9h15, on est déjà parti ! Un petit coup de moteur pour sortir du port , il y a déjà du courant.

     Dès le début du chenal on descend vent arrière  avec les voiles en ciseaux avec une vitesse de 3 nœuds … qui ne suffit pas à ENAWEN qui envoie son spi. Pas pour longtemps. Des marmites nous attendent au sud de Quéménès et nous secouent dans tous les sens jusqu’au sud de Béniguet … on n’est pas loin d’être bien cuits ! Le spi est intenable sur ENAWEN et avec un vent qui passe au grand largue, tenir BRIDAN n’est pas une sinécure non plus. Cela va finir par s’arranger au fur et à mesure que l’on approche de la Pointe de St Mathieu.

     Le vent est maintenant au travers dans la baie de Camaret, mais avec des rafales parfois assez vives. On réduit foc ou génois et on choque la grand-voile … ça reste sportif mais plus confortable. Les 2 voiliers vont vite et bien. Dommage que BRIDAN n’ait pas pointé au bon endroit le waypoint d’arrivée sur l’écran tactile du GPS. Il s’en est aperçu bien tardivement et s’est donc trouvé une nouvelle fois distancé à l’arrivée… pas encore prêt pour s’engager en régate ! Arrivé quand même dans la foulée d’ENAWEN, les places sont chères à l’intérieur du port. Mais les « Kerviliens », restés à Camaret depuis jeudi, ont joué des coudes pour nous préserver 2 places confortables.

     « Petites  anecdotes du jour » : les « Kerviliens » et l’ « Enawenois » vont en fin de journée visiter le fort Vauban sur le « sillon ». Le « Bridanais » reste au calme pour commencer à mettre en forme son compte rendu… toujours les mêmes qui bossent. Un petit tour à « La Rhumerie » en guise d’apéritif et une excellente joue de lotte au lard dégustée ensuite au petit restaurant Ar Café.

Dimanche 6 septembre / Destination AUDIERNE

    Les navigateurs se sont séparés la veille au soir en concluant : 30 milles nautiques à faire demain pour rejoindre Audierne donc départ 9h00. Et chacun de rejoindre sa couchette, mais à 2h00  du matin , une question terrible se pose pour le « Bridanais » : le passage du Raz de Sein doit se faire absolument avant 14h00 avant la renverse pour bénéficier du courant descendant ! Il faut absolument faire comprendre avant le départ aux 2 autres voiliers qu’il ne faudra pas partir trop tard.

     Hop ! un envoi par WhatsApp dans ce sens devrait stimuler mes compagnons à leurs réveils. Mieux que cela, ce message avec sonnerie va les réveiller à 2h00 du matin (sauf sur ENAWEN bien sûr 😊) et les faire bien râler !!! Pas trop rancuniers, ils auront quand même le sourire le matin et pour la première fois, nous partirons TOUS ensemble, oui TOUS et EN AVANCE avec les amarres larguées à 8h45 ! De plus le vent prévu à 4B nous accueille dés la sortie du port, ainsi qu’un petit grain pour bien nous réveiller !

     C’est un bord tout droit entre travers et près serré qui va nous permettre d’atteindre la Vieille et sa copine la Plate à 12h30. De belles pointes à 6-7 nœuds dont profitera ENAWEN pour nous distancer. Passage au calme pour virer vers Audierne, mais cette fois le vent ne veut plus jouer avec nous, il nous abandonne.  Ce sera  donc de la voile en ciseaux sur la première partie des 8 milles nautiques qui nous séparent de la ligne d’arrivée, mais avec patience et aussi prudence car on surfe parfois à plus de 4 nœuds sur des vagues de marée montante parfois presque «scélérates».

     Une embardée sur BRIDAN fera abandonner la voile et d’un commun accord la risée gasoil prendra le relais chez tout le monde à 14h30. Le port est atteint à 16h00 et les amarres fixées au ponton visiteurs à 16h30 ! Douches à la capitainerie et repas sur KERVILY fait des restes d’avitaillement accommodés avec soin par Pascale. Petit verre de rhum pour se dire au revoir et retours aux couchettes, chacun chez soi.

     « Petites anecdotes du jour » :  tout va bien !

Lundi 7 septembre / Destination MAISON = KERITY

     On commence par faire une petite vaisselle au ponton… Claude, sous l’effet  des essences artificielles  des Rhums arrangés, s’étant un peu endormi sur la table la veille au soir, il a fallu remettre le couvert ce matin ! Et on fait comme on a dit, c’est-à-dire on largue tous les amarres à 10h00. Avec une petite part chacun d’un délicieux gâteau breton fourré à la crème de pruneau…merci KERVILY !

     Pas de vent, c’était prévu donc le moteur va être sollicité pour un bon moment. Jusqu’aux environs de Pors Carn c’est une mer d’huile : ENAWEN se met à la pêche, BRIDAN sort le seau et le lave-pont, et KERVILY nous égrène la force du vent 2nds, 1,5 nds, 3 nds… autant dire que les 4nds d’avancement se font dans le ronron des moteurs. Quelques dauphins viendront nous distraire brièvement les uns après les autres, tout au long de notre descente. On a le temps de manger… quand enfin vers 14h00, ça frémit. Oh ! pas bien fort, mais quand même, ENAWEN fait une tentative de spi … qui se gonfle. BRIDAN fait de même. Mais le vent n’est pas dans le bon axe, il faut remballer.

     Satisfaction quand même pour BRIDAN, les petites modifications apportées dernièrement sur l’emmagasineur le rendent enfin plus facile à utiliser. Pendant ce temps, KERVILY a sorti son gennaker et a pris de la distance en partant au large. ENAWEN continue  en longeant la côte avec vent de travers, BRIDAN n’y arrive pas mais trouvera plus de vitesse au près en s’éloignant de la côte puis en bifurquant plus tard sur bâbord avec les voiles en ciseaux. On se retrouvera tous à passer par le chenal de Pennaguer vers 16h00 pour faire une halte  à la Poire, avant de rejoindre les bouées propres à KERVILY et BRIDAN. ENAWEN, fidèle à ses habitudes, préférera le quai pour désavitailler.

     « Petites anecdote du jours » : ENAWEN oubliera les gestes barrière  en osant une touchette sur une des perches vertes du port d’Audierne (mais sans dégât ni pour lui, ni pour la perche) . BRIDAN verra avec « plaisir » que sa prame, restée à sa bouée pendant son absence,  aura été partiellement repeinte en blanc par des goélands qui l’auront  abusivement squattée (idem pour les 2 autres annexes)! – et comme d’habitude, sur le quai, une petite dizaine de voileux du VdE venu accueillir les navigateurs au retour de leur croisière 😊

Daniel D.

Intermède Kervilien : Jeudi 3 septembre/ Destination CAMARET

     Lors de la remontée sur Le Conquet pour BRIDAN et ENAWEN et Camaret pour KERVILY, nous nous séparons quasiment à la hauteur des Tas de Pois (Pointe de Pen Hir).

     Le vent forcit jusqu’à 24 nœuds, malgré un super pilote automatique, Claude sur KERVILY est obligé de prendre la main et de gérer le surf à 7 ou 8 nœuds sur une houle assez formée. Assez stressant et épuisant, ces conditions ne perdurent pas et reviennent au bout de 20 à 30 minutes à des valeurs plus raisonnables : 16 nœuds.

     Etant plein vent arrière pour remonter sur la pointe du Toulinguet, et étant donné l’incertitude quant aux rafales de vent, KERVILY enroule le génois et navigue uniquement avec la GV. La vitesse du bateau dans ces conditions est de 7 nœuds. Passé la pointe du Toulinguet, le vent faiblit à 14 nœuds et KERVILY naviguant à 6 nœuds ne sort pas son génois pour le peu de milles restant. C’est sous une pluie battante que nous entrons dans le port de Camaret vers 14h30. Le jeudi, il n’y a apparemment pas de problème pour trouver une place au port du « Notic» : ce qui est loin d’être le cas pour le Week-end. Une soupe bien chaude et quelques rayons de soleil nous réchaufferont intérieur et extérieur.

     Le lendemain  vendredi 4 septembre, nous partons avec nos chaussures de randonnées pour une balade sur le GR34  de 14 kms; destination depuis Camaret , la pointe de Pen Hir et ses Tas de Pois en longeant la côte par la pointe du Toulinguet. Des points de vue exceptionnels, en croisant le fort du Gouin, le sémaphore du Toulinguet, la plage de surfeurs, le musée de la bataille de l’atlantique, les tas de Pois, alignement mégalithiques et les ruines de manoir ; le tout baignant dans une bruyère multicolore.

Samedi 5 Septembre.

     Attente du retour de nos deux fugueurs moléniens, BRIDAN et ENAWEN, en essayant de leur garder deux places aux cateways. Exercice très périlleux, mais qui se concrétisera finalement bien.

     Ensuite Michel, Pascale et Claude dans l’après-midi, iront visiter  la chapelle Notre de Dame de Rocamadour et la tour Vauban, très agréable et instructif.

Claude N.

Les photos de la croisière

Les grottes de Morgat

La trace du parcours (sous Google Earth)

A la Pointe Saint Mathieu (vidéo ci-dessous 1mn20s)


Un commentaire

  1. Bonjour à tous, valeureux commandos (réservistes.. peut-être ?) qui avez investi en annexe les grottes de Morgat, refuges de rêves de pirates et de leurs trésors imaginés🧜🏻‍♀️…
    Et chapeau aux organisateurs de ces trajectoires multiples aux timings aléatoires…
    Vote pour le maintien de la rubrique « Petites anecdotes du …. » qui ponctue agréablement les aventures extra-terrestres….
    Bon vent à tous

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo