Home » VdE » La Lorient Express … n’ira pas à destination !

La Lorient Express … n’ira pas à destination !

    Pourtant l’idée de faire une exploration originale  de Lorient en passant par la petite mer de Gâvres puis le port du centre-ville devait offrir à ENAWEN et BRIDAN dès le jeudi 17 septembre une grosse semaine de navigation.         
     Mais la météo devenant automnale avec des sautes de vent à 7 Beaufort sur jeudi et vendredi, la prudence a forcé à reporter le départ au Samedi 19. Ce qui fût fait.

Samedi 19 sept destination Glénan

     Amarres larguées à 9h45 après avoir fini l’avitaillement des 2 bateaux par annexes. Les prévisions météo avec vent d’est dans le nez vont se confirmer.  Partant au large afin de bénéficier les 2 premières heures d’un près bon plein (où ENAWEN va une nouvelle fois briller), c’est la risée gasoil qui prend le relais en «fonçant»  sur les Glénan.

     Un petit grain vers midi rince hommes et matériel à l’eau douce sur une mer un peu agitée. C’est plus calme ensuite et c’est sous un ciel bien éclairci qu’on passe la Pie pour aller aux bouées de La Chambre devant l’île de Saint Nicolas. Sortie de l’annexe sur BRIDAN pour aller aborder la petite plage et boire un verre de cidre à la Boucane pour rafraichir les estomacs … la reprise de l’annexe quant à elle rafraichira les fesses ! Un apéro sur ENAWEN  fera office de repas léger et le repos du  guerrier sera favorisé par une mer aussi calme que la nuit.

      Anecdotes : La roche de Men Daniel a été vue de bien,  bien  près par BRIDAN en suivant ENAWEN coupant au travers des Etocs. A ne pas refaire ! Et une belle purge aussi pour raccrocher le moteur d’annexe sur le tableau arrière de BRIDAN en toute fin de journée avec une mer bien excitée justement à ce moment là ! Un système et une méthode plus sûrs sont à mettre au point… à moins d’inventer un moteur qui flotte !

Dimanche 20 sept destination …Ste Marine !

     Et oui, la nuit calme n’a pas empêché une cogitation inquiète sur BRIDAN. Les prévisions météo ne s’améliorent pas et les vents prévus sont désormais tous orientés ouest. Ce qui peut se concevoir comme favorable à la poursuite de notre route vers Lorient. Mais ce sera beaucoup plus difficile pour le retour prévu à partir de mardi avec les 6 à 7 Beaufort promis pour la fin de semaine et vent dans le nez, il est à craindre que les moteurs soient à la peine. Et BRIDAN a une obligation de retour à Kerity en cette fin de semaine (son skipper s’est inscrit à un stage de formation voile le week-end prochain à la Rochelle : il est temps qu’il apprenne !) .

     Tout ceci exposé de bon matin à  Michel … la décision est prise de renoncer à l’objectif principal : Lorient ne sera pas visité cette fois ci et on pointe dés 9h15 sur Ste Marine. On sort des Glénan en laissant Baz Cren sur babord. Pour BRIDAN c’est  cap sur Trévignon à 50° pour un premier bord au près serré puis un second avec cap 305° sur Mousterlin, toujours près serré. Ça  marche bien entre 3 et 4 nœuds.

     Pour ENAWEN, moins adapté à faire du près serré, il abattra davantage et repiquera au moteur sur Ste Marine à partir de l’île aux Moutons. Le moteur sera également nécessaire sur la fin pour BRIDAN. Arrivée au ponton visiteurs à 14h30. « Sunday closed » alors pas de service de port, mais heureusement le code des sanitaires n’ayant pas changé, priorité sera donnée à la douche …mais tout de même après le repas pris par Daniel à bord d’ENAWEN alors que Michel avait déjà déjeuné en cours de route.

     Grosse chaleur en début d’après midi, donc sieste puis glandouille jusqu’à l’apéro (agrémenté de «délicates» grosses tartines au pâté !) qui sera suivi de l’excellent mais désormais incontournable, le seul, le  vrai cassoulet de Castelnaudary au confit de canard en boite estampillée «Reflets de France», évidemment un des meilleurs du monde selon Michel dont l’impartialité ne peut être mise en doute !

     Anecdotes : Un peu lourdes quand même les tartines au pâté (plus le cassoulet) pour l’estomac délicat de Daniel mais la nuit fût calme et apaisante pour l’ensemble de notre  mini flottille.

Lundi 21 sept : destination Lesconil !

     Une dizaine de milles nautiques à parcourir, donc grass’mat’ et largage des amarres à 9h45. Les prévisions météo pour le vent sont faibles 2 à 3 Beaufort et orienté globalement vers l’ouest. Mais surprise une fois dans la baie de Bénodet les premières risées apparaissent et BRIDAN ouvre le bal, avec un petit 3 nœuds prometteur. Les caps sont déjà différents avec ENAWEN plus à la côte qui privilégie la vitesse et alors que BRIDAN trouve un « bon » compromis cap vitesse au près qui semble cette fois mieux contrôlé avec une progression 3-4-5 et jusqu’à plus de 6 nœuds  bien tenus.

     Pendant ce temps ENAWEN annonce des pointes à 7 nœuds (gna gna gna !!!). Pour les 2 voiliers il sera dommage d’abandonner ces caps porteurs pour pointer sur Lesconil. Le vent devient de face pour BRIDAN  au coin des champs d’algues … ENAWEN  poursuit plus au large afin de continuer à la voile jusqu’à Lesco !

    A noter que toute cette étape s’est déroulée dans une brume suffisamment épaisse pour qu’avec nos trajectoires divergentes nos voiliers ne soient plus en contact visuel. ENAWEN avec ses feux de navigation, BRIDAN ses feux de « dépannage » … pas trop visibles … il est temps de faire réviser ce circuit électrique par des professionnels ! Arrivée à 13H00 avec 2 belles places aux  catways à Lesconil. Apéro quasi immédiat avec repas léger au saumon pour Michel et avec une conserve de potée aux choux pour Daniel ( son estomac est moins délicat le midi !) Un petit café au port, une petite sieste, du petit bricolage sur les bateaux et arrive le repas du soir : huitres de l’île Tudy et thon mi-cuit à la plancha, réservé à « La cantine de Mer » par Michel .

      Anecdotes : Spectacle durant notre pause déjeuner au port : un gros 12 m s’est posé sur sa quille dans le chenal et impossible de s’en dégager malgré plusieurs essais  au moteur. Alors 4 équipiers descendent dans l’annexe et, allégeant ainsi le bateau,  le skipper seul resté à bord peut le déplacer avant que la marée descendante ne l’immobilise durablement. Applaudissements du public !

      Une discussion à bâtons rompus avec un pêcheur, voisin de catway, a confirmé 2 observations récentes de Daniel : il y a bien des thons solitaires qui remontent sur nos côtes et après en avoir observé un  au large de Pennarguer il y a 2 semaines, un autre a sauté hors de l’eau  durant le trajet entre les Glénan et Sainte Marine. Confirmation aussi par ce pêcheur de l’existence de plancton vert luminescent  observable de nuit dans une eau agitée, comme par exemple le long de l’étrave d’un  bateau rapide. Daniel aussi a déjà fait état de ce phénomène à Michel, qui, goguenard, ne l’a pas cru.  Il faut dire que ses observations ont eu lieu lors de l’usage nocturne de la pompe d’aspiration de l’eau dans son WC marin ! C’est pourtant véridique, des petites billes vertes fluo tombent en cascade dans la cuvette et parfois en éclairent le fond !!!

Mardi 22 sept : destination maison = Kérity

     Bon ce n’est pas la distance à parcourir (8 Nm) qui force les skippers à se lever à l’aube. Alors c’est en milieu de matinée qu’on émerge sous un ciel grisou , mais ça s’améliorera vite avec notamment un beau soleil à midi. Dans ce laps de temps Daniel est sur l’ordi ou sur du petit bricolage (ses lazy jack sont maintenant impec et dé-clipsables avec 6 petits mousquetons).

     Michel taille des bavettes avec tout ce qui passe sur les pontons et apprend des tas de choses sur la situation de la pêche à Lesconil, le centre nautique, les misainiers, les artisans du port et la nouvelle webcam. On y croise aussi Xavier sortant  de l’eau un petit misainier … et avec un petit café pris dans un des bars du port on patiente jusqu’à 13h30 pour larguer les amarres.

      Après avoir pris du large, c’est un grand bord qui nous amènera en cap direct sur Raguen avec une allure au près ou au près serré (faudra juste un petit coup de moteur pour passer Reissant en toute sécurité)

     Ce sera l’occasion de permettre aux 2 voiliers de se confronter tout au long du parcours avec des vitesses atteignant allègrement les 6 nœuds. En arrivant à 15h00 à la Poire, on attend 17h00 pour que BRIDAN et ENAWEN retrouvent respectivement leurs coffres « d’attache ».

    Anecdotes : Une entrée par le chenal de Pennarguer saluée par de nombreux spectateurs, en l’occurrence les habitants des Etocs : les phoques se prélassant sur les cailloux découverts par marée basse.  Un moment de grande tranquillité et de sérénité.

     Par contre, une averse spectaculaire aurait pu avoir  la bonne idée d’attendre que nous soyons arrivés à quai avec nos annexes. Nous laissant à peine le temps de jeter tout notre barda dans les voitures ou de plonger dans celle d’Hélène et Claude venus une fois encore nous prêter main forte.

Daniel D.


Un commentaire

  1. Merci, c’est comme si on y était, Michel est donc « piplette », et Daniel va prendre des cours : quel niveau !! et puis : des thons, des dauphins, des requins, des orques, une belle diversité …….
    salut les gars
    daniel lelcerc

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo