Home » VdE » Une Capalestoise

Une Capalestoise

     A l’occasion de cette sortie « Capalestoise » , plusieurs  Védéistes ont participé peu ou prou à cette nouvelle  expédition. Les « vedettes » de l’Odet, figurent par ordre d’apparition au générique :

  • Jean-Michel, Daniel D et Philippe K sur GWENN HA GLAZ
  • Daniel D sur BRIDAN avec Vincent et Christine par intermittence
  • Alain  sur AHELL avec une visite de Lise et de Plouff le gentil chien
  • Michel sur ENAWEN
  • Pascale et Claude sur KERVILY

     Tout commence par l’annonce faite le lundi 10 août lors de la 5ème réunion des sorties de la semaine : «  Sortie de quelques jours prévue pour AHELL, ARMEN, KERVILY, BRIDAN et ENAWEN –  Cap à l’est- Départ 9h30 au quai vendredi 14 »

KERVILY affinera le programme avec pour objectifs : Ste Marine – l’ Odet  – Concarneau – Glénan  – Kérity.

Et c’est parti !

Journal de Bord de BRIDAN

Vendredi 14 août : Kerity – Ste Marine

    Départ le plus précoce avant 10h00 pour GWENN HA GLAZ qui ne sort qu’à la journée. Mais il profite du vent matinal pour rapidement prendre le large. BRIDAN, AHELL et ENAWEN partent quelques minutes plus tard, tandis que KERVILY encore un peu endormi décolle vers 11h00.

     Les voiles en ciseaux et surtout les spis seront de mise pour forcer l’allure au portant. Le spi est un bel outil pour atteindre les 5 ou 6 nœuds mais il reste à manier avec précaution : 2 petits départs au lof pour AHELL, un « décrochage » du bout-dehors sur ENAWEN et une très difficile opération de ré-enroulage  sur BRIDAN qui nécessitera sans doute une révision du bas étai !  GWENN HA GLAZ fera sans, mais ira vite et bien pour tourner sur Lesconil et revenir comme envisagé pour lui sur Kérity en fin de journée. Un peu plus compliqué pour KERVILY qui sans spi partira plus au Sud. Mais il reviendra plus tard sur une meilleure allure pour rejoindre les autres unités déjà arrivées vers 14h00 à l’entrée du port de Ste Marine. (12Nm parcourus en 4 heures)

     La capitainerie efficace et rapide nous placera en 2 binômes aux pontons B et C. Délassement pour les uns, promenades ou rafraichissements pris au Café du Port pour les autres…et c’est sur ENAWEN que se prennent victuailles et boissons, les indispensables vitamines utiles pour le lendemain. Plouf le chien a emmené Lise avec lui (!) pour qu’ Alain puisse passer une soirée entre amis et en famille !

Samedi 15 août : Ste Marine – L’Odet –  Ste Marine

     Sur BRIDAN les enfants de Daniel passeront une nuit inconfortable dans la cabine avant et comme ils doivent faire passer leur travail avant tout (enfin presque)  ils abandonnent temporairement et ne feront pas partie de la découverte de l’Odet. Les autres , y compris Plouf, constituent le corps expéditionnaire et sont prêts pour le départ à 10h00.

     Le convoi est piloté par AHELL , suivi de BRIDAN, KERVILY et d’ENAWEN . Pas de problème avec le vent puisque tout se fait gentiment au moteur entre 3 et 4 nœuds. Passage sous le pont de Cornouaille sans  risque pour nos mâts, ça passe à l’aise. Pas de problème de navigation non plus, le courant de marée haute nous facilite la tâche. Les berges sont étroites et la forêt de résineux  qui embaume sous le soleil  donne une couleur plutôt sombre à la rivière.

    Soudain une élévation ponctuelle de brume apparait parmi les arbres, mais à mieux y regarder se révèle plutôt comme  un départ de feu. Civiquement et après concertation un appel sera lancé par BRIDAN à la capitainerie du port de Ste Marie pour suite à donner. Mais les indications fumeuses (!)  fournies par BRIDAN n’ont semble-t-il pas déclenché l’envoi de matériel lourd : ni bombardier d’eau, ni hélicoptère . Mais comme on ne constatera aucun dégât marquant à la redescente de l’Odet, cette histoire n’aura finalement pas fait long feu !

     Par ailleurs, au travers des arbres,  rares sont les belles demeures nettement visibles. Mais quelques unes attirent  forcément le cortège de jeunes mariés qui célèbre  la fête sur les pelouses qui s’étendent jusqu’aux berges. On aurait eu du riz … mais on n’en n’avait pas, alors on les a laissés tranquilles.

     Nous avons remonté la rivière au plus haut qu’il était possible , c’est-à-dire le pont de Quimper devant lequel ENAWEN et BRIDAN ont pu se photographier. KERVILY a été bloqué un peu avant par ses béquilles dont il s’est facilement dégagé par une petite marche arrière tandis qu’ AHELL s’est amarré plus aval pour une PPPPP : Petite Pause Pipi Pour Plouf !

     A la redescente, c’est la pause déjeuner pour tout le monde et l’anse de Toulven se laisse découvrir sur la rive gauche de l’Odet, deux ou trois méandres à négocier au sondeur pour éviter de se tanquer dans la vase et c’est BRIDAN qui ouvre la route. Avec un sans faute, on ira jusqu’à l’extrême limite du chenal empruntable. On jette l’ancre et les bateaux se rapprochent pour former couple, c’est plus sympa : Michel est invité sur KERVILY et Daniel sur AHELL.

     15h00, il faut redescendre et profiter ainsi de la marée qui descend. Il fait toujours beau et très chaud. A 17h00 , retour sur les pontons de Ste Marine et quasiment aux mêmes places que celles quittées le matin même. Capitainerie et placier toujours au top de l’efficacité.

     Une proposition se fait jour : un resto pour ce soir ? OK pour tout le monde. Mais au retour des éclaireurs chargés de trouver la bonne table : mauvaise nouvelle , plus aucune table de disponible pour ces 3 jours. On est le 15 Août aussi !!! Bon alors ça sera le repli avec du solide, du fiable, du toujours ouvert 7j/7 : ENAWEN !

     Les agapes à base de pâtes , les fromages  et les desserts ont leur succès (far aux pruneaux de Nicole et gâteau marbré au chocolat d’Enora et Arthur) tandis qu’à l’extérieur l’orage éclate sur grand écran. ça tonne, ça flashe et ça dégringole à grands seaux.

On se sépare et on s’endort au son du canon céleste !

 

Dimanche 16 août : ça se disperse / Concarneau pour le noyau dur et Kerity pour BRIDAN

    Vincent est de retour de bon matin pour réembarquer mais simplement pour la journée. En effet, pour rejoindre Christine, c’est le retour direct sur Kerity dés aujourd’hui. BRIDAN quitte donc le groupe et s’éloigne le premier du ponton sous le regard triste de ses chers compagnons. C’est trop émouvant, il faut partir vite !

     On laissera la place aux aventuriers qui vont prospecter Concarneau, pour relater leurs propres aventures. Pour BRIDAN, aujourd’hui, l’obligation réside dans l’évitement des champs d’algues de Lesconil. Impératif !!! Et secondairement aussi de rallier Kerity autant que possible à la voile malgré  un vent faible et contraire … ce qui ne sera pas facile en début de matinée mais au fur et à mesure de la journée les risées vont se montrer plus généreuses.

     Et une fois passé Lesconil, on va se régaler avec Vincent de petites pointes à plus de 4 nœuds sur une mer calme et sous un ciel assez nuageux pour éviter les sur-coups de soleil. Enfin une rentrée sans problème par Penarguer, mais  avec une petite corvée supplémentaire concernant l’annexe laissée à la bouée : la vider des dizaines de litres d’eau déversés par l’orage de la veille ! Pas cool, mais pas coulée non plus !!!

La suite c’est aux « vedettes du sud » de nous en faire part….

Daniel D.

Journal de Bord de KERVILY

Dimanche 16 août

     10 h précises, les quatre bateaux BRIDAN, AHELL, ENAWEN et KERVILY quittent les quais de Sainte Marine pour des destinations différentes ; Kérity pour BRIDAN et Concarneau pour les trois autres. Le vent est quelque peu paresseux , 3 à 4 nœuds du sud ouest, en cette belle matinée ensoleillée.

    AHELL s’écarte du groupe à la recherche de la risée salvatrice qu’il trouvera au plus près de la côte. Moins à l’affut ENAWEN et KERVILY mettent plus ou moins de moteur pour retrouver au large un vent plus soutenu entre 6 et 8 nœuds devant un orage menaçant. Le contact radio est définitivement perdu avec BRIDAN .

     C’est au grand largue que tous abordent la baie de Concarneau et arrivent au port à 15h.

     Une fois arrimés aux cateways, on apprend les dégâts occasionnés lors de l’orage de la veille aux iles de Glénan sur certains bateaux (rafales à 60 nœuds nous dit-on) : Génois arrachés, daviers arrachés et tordus, ancres perdues…

Visite de la ville et repas commun sur KERVILY, sous un  beau soleil, concluent cette belle nav.

Lundi 17 août sur KERVILY

     Levée sur Concarneau. Après quelques nettoyages indispensables, la flottille composée d’AHELL, ENAWEN et KERVILY lève l’ancre pour Doëlan pour les deux premiers et Kérity pour le dernier.

     Le vent est au rendez vous : plein ouest entre 8 et 12 nœuds. AHELL et ENAWEN partent sur l’extrémité de la pointe de Trévignon tandis que KERVILY vise le danger isolé « la Pie » des iles de Glénan. Allure au près pour KERVILY et quasiment vent arrière pour AHELL et ENAWEN. A mi distance entre Concarneau et la Pie nous perdons contact radio avec AHELL et ENAWEN.

     Le vent toujours là est un peu capricieux au niveau direction, orienté au 270 il oscille de plus ou moins 15°. L’allure au près reste néanmoins bonne entre 6 et 7 nœuds. Arrivé à la Pie, virement de bord vers Lesconil, puis une fois devant « les champs Daniel », nous décidons de mettre le moteur jusqu’à Ar Guisty afin de ne pas passer la nuit aux bouées de la Poire. Puis voile jusqu’à Kérity par Penarguer avec une allure au bon plein à 7 nœuds.

     C’est avec regret que nous affalons la voile devant Locarec et retrouvons notre bouée et annexe remplie d’eau L. Belle nav malgré une bonne heure de moteur !

Claude N.

Journal de Bord d‘ENAWEN

Lundi 17 août

« Et s’il n’en reste que deux, nous serons ces deux-là » (Victor Hugo ou presque), mais pour AHELL et ENAWEN ce n’est pas un Châtiment.

     Alors que nous voyons s’éloigner KERVILY vers les Glénan, nous faisons cap sur la pointe de Trévignon pour rejoindre Doëlan et son magnifique petit port de carte postale.

     10 nœuds de vent nous permettent d’atteindre rapidement 5 nœuds au près bon plein et sous le soleil. Nous arrondissons la pointe de Trévignon pour faire route au travers puis au grand largue et enfin au vent arrière, voiles en ciseaux pour ENAWEN, tandis que AHELL préfère tirer le plus longtemps possible des bords de largue, allure qui lui convient mieux.

     Au large c’est une tout autre unité qui suit une route parallèle à la nôtre : 131 mètres de long pour Le Jacques Cartier qui a quitté Saint-Malo le 15 à 19h38 et se dirige à 11,2 nœuds vers Groix qu’il compte atteindre ce jour à 15 heures (merci l’AIS😊)

     Arrivée à 15 heures, décor de rêve, mais le mouillage dans l’avant-port à l’embossage entre 2 bouées reliées par un filin peut-être chaud par vent de travers … ce qui est bien sûr le cas aujourd’hui.

      Heureusement la navette du port vient nous aider … un peu tard, car au lieu d’être en veille sur le canal 9 comme toutes les capitaineries et donc répondre à nos appels, eux sont sur le 69 !

     Sur ENAWEN, on gonfle l’annexe, pour amener les 2 skippers à terre prendre un léger rafraichissement puis faire une petite marche. Retour à bord pour se parer de ses plus beaux atours pour faire honneur à la table que nous avons réservée au « Trois Mats »

    Ti-punch-accras-espadon-brioche perdue, vraiment une adresse qui ne nous a jamais déçus.

     Il est temps de faire un point météo pour décider de notre prochaine étape. Hélas la dépression qui semblait arriver se confirme et c’est au moins 3 jours de gros temps (rafales à 7-8) qui sont annoncés à partir de mercredi.

     La poursuite sur Groix est compromise et comme nous l’avions envisagé, il nous faut rentrer demain directement sur Kérity pour s’abriter.

     30 milles nautiques à couvrir, départ à 9 heures, en plus vent de sud-ouest virant ouest.

Mardi 18 août

     10 à 12 nœuds de vent dés la sortie du port, c’est du tout bon, nous sommes au près à presque 6 nœuds. Parti en premier AHELL a pris rapidement une confortable avance qu’il conservera tout au long de la journée.

     Le temps reste couvert le matin, alternant passages calmes et accélération dans les risées. Nous bénéficions même de passages de grains qui nous permettent de belles pointes sous les nuages.

     Au passage des Glénan, AHELL est encerclé à plusieurs reprises par des «nuées» de dauphins. Le vent tourne un peu, mais nous permet encore de caper sur notre destination, de plus il monte progressivement à 15 et même 18 nœuds.

    Passage de l’île Verte OK, passage des Birvidaux OK, passage des algues le Lesconil OK. Le vent à tourner OSO et si nous voulons éviter de tirer des bords au large, il nous faut faire route côte vers la pointe du Guilvinec et Locarec, donc « un peu » à travers champ.

     Et nous sommes attendus, 2 unités sont sortis à notre rencontre : GWENN HA GLAZ et Jean-Michel et AR MEN avec Alain

     Vous avez remarqué ? 5ème jour de nav et pas une fortune de mer, ni le moindre petit incident, même pas sur BRIDAN (un peu léger quand même sur ce coup là avec juste « sans doute une révision du bas étai ») ! Et bien ENAWEN se sacrifie et se prend un bout de casier dans l’hélice (fixe puisque sous voile).

      Pour faire court : prévenir AHELL par VHF, essayer de faire demi-tour à la voile, ne pas pouvoir, mouiller l’ancre pour sécuriser le navire en train de dériver vers la côte proche, descendre dans la jupe pour couper l’orin avec son couteau-scie (merci Leatherman) faire des essais moteur avant arrière pour se débarrasser du câble et de la boule, ne pas réussir et enfin partir en avant douce à 2 nœuds.

     Tout ça sous la surveillance attentive d’Alain, revenu sur ses pas et prêt à intervenir.

     Passé Lost Moàn un grand bord sous voile permet d’atteindre Locarec en soulageant l’hélice.

     Et ensuite, comme d’hab arrivée au quai pour désavitailler sous l’œil amical d’une dizaine d’adhérents dont nos camarades déjà rentrés, puis retour à la bouée. Ultime surprise pour ENAWEN qui au démarrage du moteur expulse une bouée en forme de grosse olive (restera juste un bout de bout à enlever le lendemain).

   

36 milles parcourus aujourd’hui en 9h30 de navigation, pas mal pour un mardi. 

Michel L.


Un commentaire

  1. Déjà, bravo pour le nom de cette sortie… Capalestoise, il y a autant de flous dans la destination qui recouvre plusieurs destinations que dans la durée particulièrement à la carte … un titre énigmatique qui attire le lecteur et lui permet de vivre par procurations multiples vos aventures maritimofluviales …. merci aux différents narrateurs et salut à tous …

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo