Home » VdE » La Route de l’Amitié 2019

La Route de l’Amitié 2019

     Deux voiliers du Vent des Etocs étaient inscrits cette année à la Route de l’Amitié : DIAOULIG et FLAMENCO.

     Finalement seul DIAOULIG a pu prendre le départ avec un équipage composé de Claude et Hélène assistés de Gégé.

     La Route de l’Amitié, organisée tous les 2 ans, a pour objet initial de faire naviguer des gens sur différents bateaux, ensemble, et de s’arrêter dans des ports de pêche pour favoriser l’échange entre plaisanciers et pêcheurs. Pour sa 11ème édition elle rassemblait 130 bateaux, 700 marins et 800 bénévoles

     Les escales 2019 ? Audierne, Loctudy, Concarneau, Lesconil, Lorient, Etel et Le Palais à Belle-Île.

DIAOULIG, canot olonnois « gréé au tiers », s’est donc lancé seul dans cette aventure dans des conditions de navigations et de vie à bord assez « spartiates ».  ENAWEN s’est alors proposé pour le rejoindre à Belle-Île, terme de la croisière organisée, afin de l’accompagner en assistance dans sa remontée vers Kérity, 

La parole revient maintenant à Hélène et Claude pour le récit de leur aventure :

 « 11ème ROUTE DE L’AMITIE du 25 juillet au 3 août 2019, puis retour avec Michel

La première pour nous.

25 juillet : Départ de Kérity.

     Claude, Hélène et Gégé, accompagnés par EON MOR (Philippe), BLANJUME (Patrice) et KANENN MOR (Jean-Paul) pour un bout de chemin.

     Destination Audierne. Au moteur jusqu’au Menhir puis à la voile jusqu’à Sainte Evette, vent du Nord-Est. Etape très agréable. Rencontre avec l’organisation à Sainte Evette qui nous donne les flammes et le cagnard numéroté, puis qui nous guide jusqu’à notre place. On est 150 bateaux prévus, environ 130 seront au départ. Notre groupe le C1 correspond à la « belle plaisance ».

28 juillet : Départ pour la première étape sur Loctudy

     L’armada est impressionnante. DIAOULIG est le plus petit bateau bois gréé au tiers. On part une heure avant (8h). Tous les bateaux finissent par nous rattraper. On passe devant Kérity. Journée très agréable, bon petit vent, rencontre avec les dauphins. On a bien sûr fait du « à travers champs » avec Gégé 😊. Arrivée à Loctudy à 17h30. On s’installe au port de pêche. Rencontre avec Dominique sur un joli Muscadet qu’elle a depuis 22 ans. Très belle rencontre autour d’un rhum arrangé avec une femme d’expérience et une mentalité remarquable de solidarité qu’on aura l’occasion de vivre le lendemain.

     Quelques inquiétudes pour le lendemain, à cause du coup de vent annoncé. Les Bélougas et autres petits bateaux décident de partir une heure plus tôt, nous aussi.

29 juillet : Destination Concarneau.

     On s’en va donc à 7h (au lieu de 8h), ça bastonne dès le départ. Vent de Sud – Sud Ouest, 6 puis 7 Beaufort. Dominique fait demi-tour pour nous demander si tout va bien et prévient le bateau de l’organisation parce qu’elle a du mal à nous suivre comme elle voudrait, DIAOULIG dérape beaucoup. Le bateau arrive mais on lui dit que tout va bien et qu’on va affaler et continuer au moteur. La mer est creuse et très agitée, les vagues courtes et on embarque plein de flotte. On continue et arrivons à Concarneau au bout de 4h30, trempés, ruisselants.

On apprend qu’une vingtaine de bateaux ne sont pas partis, les Yoles on vites fait demi-tour.

     L’ambiance à terre est très sympathique. On rencontre Rolland qui navigue sur Yec’hed mad, (bateau moderne d’environ 8m) et qui habite Concarneau. Il nous donne les clefs de sa maison pour qu’on puisse dormir au sec. Merci à lui.

     Le lendemain l’étape Concarneau-Lesconil est supprimée. On en profite pour pomper 70 litres d’eau embarqués la veille.

C’est l’occasion de rencontrer Thierry, plaisir d’un café ensemble.

     Comme on était à Concarneau pour un jour, on a sorti les cornemuses pour un petit show sur les pontons et nous avons eu des danseurs pour nous accompagner (Dominique, Rolland, John le Cornouaillais Anglais, Gégé…. à danser l’andro).

Le soir, pâté Hénaff grillé sur le ponton avec Henri de la Betelgeuse.

31 juillet : Destination Lorient.

     Ce fut une très belle traversée, à la voile après la pointe de Trévignon. Mer assez calme, vent de 4 à 5 Beaufort, on a fait des pointes à 6,5 nœuds. Partis à 8h15, On est arrivé à quai à 16h. Les uns sont placés en face de la capitainerie comme nous, d’autres à la Base sous-marine.

     Bon cabanage. Gégé préfère aller dormir sur Bételgeuse, un gros bateau de 12 ou 13 mètres avec un patron très sympa. Michel (ENAWEN) nous envoie un SMS pour nous prévenir qu’il part le lendemain pour nous rejoindre.

01 août : Destination Etel

     Petite traversée sans problème jusqu’à Etel, où on s’est tous retrouvé devant « la barre ». On doit passer par paquets en fonction des groupes en file indienne.

     18 h On y va. On doit passer entre deux canots de la SNSM pour passer la barre. Le temps est beau mais c’est quand même très impressionnant de voir le bouillonnement de la mer et le courant à l’entrée du port.

     Le soir la fête à Etel est très agréable, repas organisé par des bénévoles dont beaucoup de la SNSM. Le Maire nous a accueilli et a remis à trois bateaux, dont DIAOULIG le diplôme disant que DIAOULIG avait passé la barre d’Etel.

     Repas moules (très bonnes) frites avec les « jambons de Bayonne » (Olivier, Hervé et Pascal) descendus de Bayonne pour participer à la route de l’amitié avec leur bateau de 6m des années 80, Yvon et son équipier de Douarnenez avec un serpentaire rouge et blanc, Rolland et Jocelyne…

Cabanage réussi.

Vu avec Serge Rioual pour que le sac donné aux participants soit remis à José.

02 août : Destination Le Palais

     Départ 7h pour Belle-Ile. On hisse les voiles un peu avant les Pierres Noires. Pas un grand vent mais qui va nous pousser jusqu’au Palais tranquillement. Pour manger on affale et on se met à la dérive en compagnie des Jambons de Bayonne qui pêchent des maquereaux. On se met à l’avant-port pour pouvoir repartir le lendemain matin.

     Belle-Ile est la dernière étape de la route de l’amitié. Très bonne ambiance. On sympathise avec un pêcheur qui était à St Guénolé avant, et qui nous donne un grand seau de coquilles St Jacques. On improvise donc un dîner sur le ponton, coquilles St Jacques légèrement revenues au beurre, filets de maquereaux pêchés dans la journée par les Jambons de Bayonne et Yvon.

Cabanage fastidieux mais réussi, Gégé préférant toujours dormir sur la Bételgeuse.

Michel est à Doëlan. On se met d’accord pour se retrouver à Port-Tudy (Groix) le lendemain.

03 août :

     On part pour Port Tudy accompagné de Rolland et Jocelyne jusqu’au Birvideaux (eux vont à Lorient). Beaucoup de moteur. On voit des dauphins et un poisson lune.

     Michel est déjà arrivé avec ENAWEN et on se met à couple dans le port. Que du plaisir. Dîner à L’Auberge du Pêcheur, huîtres, St Pierre et Lotte à l’andouille de Guéméné. Merci Gégé.

On dort sur ENAWEN !

04 août : Destination Port Manec’h

     Vent pas très favorable, beaucoup de moteur et peu de voile. Quelques dauphins nous accompagnent un moment. Escale très agréable, petite balade et dîner ravioli.

 

 

05 août : Destination Loctudy

     Vent de face, mer assez agitée, presque tout au moteur. Heureux d’arriver, le moteur fonctionne bien, mais on en a assez du bruit. Escale à la « Mer à boire » en début d’après-midi (planche de charcuterie). Gégé retourne chez lui et se fait tout propre. Le soir Michel nous invite à la « Mer à boire » pour une planche, cette fois, de fruits de mer. Très agréable soirée et nuit sur… ENAWEN.

 

06 août : Direction Kerity

     On décide de partir à 13h pour avoir un meilleur vent et arriver à Kérity en fin d’après-midi à marée haute.

     Au niveau de la perdrix on voit déjà BRIDAN (Daniel, Vincent et Christine) arriver à notre rencontre, arborant son grand pavois, bel effet, l’émotion était là. Puis ce sera autour d’EON MOR (Philippe) qui nous accompagnera un bon moment. GWENN HA GLAZ (Jean-Michel et Jacques VdB) et KANNEN MOR (Jean-Paul) sont également venus à notre rencontre mais on ne les a pas vu.

     On marche bien mais il faut faire du près et on dérive un peu. On fait un grand bord pour revenir au Nord de Kareg Kreiz. Gégé a visé Lost Moan. A la hauteur du Guilvinec on doit quand même mettre le moteur jusqu’à Kérity.

ON L’A FAIT !!!!…. 🙂

     Ce fut une aventure pour nous comme pour DIAOULIG. On en avait jamais fait autant.

     Toujours encouragés par le VDE dans notre aventure, nous remercions tout particulièrement Michel.

     On aurait aimé bien sûr faire cette route avec José, et on lui souhaite de se rétablir bien vite.»


Un commentaire

  1. Bravo Diaoulig pour cet exploit, aussi bien pour la route effectuée que pour la résistance de l’équipage aux épreuves endurées.
    Merci pour le récit et les photos …c’est comme si on y était!
    Daniel D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

... autres sites météo