Home » VdE » Une Gléno-Doëlanoise !

Une Gléno-Doëlanoise !

     Le 11 juin mail de Christian B. « Hello le Vde, j’envisage selon la météo une petite ballade Kérity-Les Glénan-Doélan/Groix, départ lundi de la semaine prochaine. A priori bonnes conditions météo. Des candidats ? Christian »

     Le message était transmis et les volontaires ne tardaient pas à se faire connaître : après ENAWEN (Michel) et BRIDAN (Daniel), c’est PUFIG (César et Gwladys) qui se proposaient de rejoindre l’armada.

Lundi 15/6 (Kérity – Glénan)

     FRI FURCH (Blue Djinn), ENAWEN (Kelt 29) et BRIDAN (First 25.7), déjà tous avitaillés, attendent patiemment l’arrivée de leurs skippers respectifs avec leurs propres annexes. FRI FURCH attendra un petit peu car son annexe perdra une dame de nage et un aviron en cours de route, l’annexe de BRIDAN rattrape l’ensemble dérivant dans le port et tout rentre dans l’ordre pour un départ à 9h30. BRIDAN prend un ris dans la grand-voile par excès de prudence au début du parcours, ce qui le mettra bien en retard. Une fois le ris libéré, le groupe de 3 est plus compact.

     Un vent de travers tout au long de la journée permet d’entrer dans l’archipel des Glénan en passant la Pie vers 13h30 (avec une moyenne de plus de 4 nœuds pour couvrir les 17 milles nautiques). C’est ensuite l’occasion de retrouvailles avec PUFIG (Tequilla 128) déjà à l’ancre dans cette même anse de La Pie au nord de La Chambre. César et Gwladys nous ont réservé 3 araignées qui seront dégustées tous ensemble à bord du cockpit d’ENAWEN, mais à l’heure du goûter !

     Puis descente à terre sur l’île de Saint-Nicolas pour une promenade digestive, suivi d’un rafraîchissement pris à La BOUCANE avant de remettre le couvert en fin de journée avec le traditionnel cassoulet au confit de canard … dans le carré d’ENAWEN.

Mardi 16/6 (Glénan- Doëlan)

     Après une bonne nuit passée amarrés à nos bouées ou à l’ancre, c’est un départ toujours vers 9h30 pour Doëlan. Un vent très faible ne permet pas d’aller à plus 2 nœuds le matin. Il forcit un peu l’après-midi et permet d’atteindre 4 à 5 nœuds avec un vent arrière qui donne à tous l’envie ou le besoin de sortir le spi, ce qui est fait par l’ensemble de la flotille. Mais le vent passe davantage à une allure grand largue ce qui avec le spi nous écarte de notre cap. FRI FURCH, plus au large, a des conditions plus favorables au maintien de son spi et effectue une belle performance en revenant très vite pour rejoindre les 3 autres à l’arrivée au port de Doëlan. PUFIG fait merveille avec ses voiles jumelles en longeant de très près la côte. Arrivée à 15h00.

     Toutes les bouées visiteurs ayant été mobilisées dans le port pour amarrer un grand catamaran, nos 4 bateaux font l’effort d’amarrer avant et arrière sur la zone d’embossage de l’avant-port. Après une bonne heure consacrée à cet exercice, l’annexe de BRIDAN ramène tout le monde à terre, pour une grande et belle ballade sur le GR34, et un succès mérité pour les 1/2 homards servis avec beaucoup de gentillesse au restaurant « le Rive Gauche »

Mercredi 17/6 (Doëlan- Cap Coz)

     La discussion engagée la veille au soir s’est conclue par un au revoir aux « petits jeunes » qui poursuivent leur grand voyage vers le sud. Effectivement, ce matin, ils larguent furtivement leurs amarres à 7h pour rallier Groix. Pour ceux qui dorment encore le départ aura lieu comme de coutume à 9h30.

     Un début avec un petit vent dans le nez autorise un premier bord le long de la côte, sauf pour FRI FURCH qui part une fois encore directement plus au large. Ce qu’ENAWEN puis BRIDAN font également au fur et à mesure que le vent tourne et forcit. C’est l’occasion de belles pointes de vitesse pour un premier long bord nous éloignant de la côte et le second qui nous fait piquer vers la pointe de Trévignon. FRI FURCH suit d’un peu plus loin le même parcours. Tout va bien jusqu’à ce que les cieux s’obscurcissent ! D’abord pour BRIDAN qui souhaitant faire une correction rapide de trajectoire pour contourner une balise, décide de faire appel à la fameuse risée gas-oil ! Elle n’aura pas lieu, le moteur refusant de se lancer. Après plusieurs vaines tentatives, c’est l’annonce par VHF à ENAWEN qui proposera un remorquage, en faisant demi-tour, mais il est loin devant.

     C’est donc uniquement à la voile que le gymkhana sera géré pour éviter toutes les têtes de roche, dont les redoutables Soldats dans la baie de Concarneau. Une fois le danger passé de nouveaux essais de démarrage finissent par relancer la machine, ouf ! ENAWEN aura fait le chemin de retour pour rien.

     La décision ayant été prise de mouiller devant la plage de Cap Coz, ENAWEN et BRIDAN poursuivent les 4 derniers milles nautiques au moteur tandis que FRI FURCH alterne voile et moteur. Un orage sur Concarneau avec éclairs, tonnerre et grosse drache donne de jolis fonds de photo et nous accompagne jusqu’à nos bouées vers 17h.

     L’occasion aussi de contourner le triste spectacle d’un haut de mât sortant de l’eau, seule partie immergée d’un voilier de 12 mètres ayant coulé la semaine précédente après avoir rompu ses amarres et été drossé sur les cailloux.

       Après 25 milles nautiques parcourus, mouillage sur bouées devant la plage de Cap-Coz suivi d’un petit break-repos d’une heure pour les skippers et l’annexe de BRIDAN reprend du service pour assurer le regroupement sur ENAWEN  pour un apéro classique et un repas composé de nos différentes réserves.

Jeudi 18 Juin (Cap Coz – Kérity)

     Une bonne nuit sans bruit perturbateur ni des voisins (il n’y en a pas) ni des bouées qui n’ont pas pris plaisir à jouer du tambour sur les coques. Départ pour Kérity à 9h30 suivant le rythme du désormais classique métronome. Un vent face à nous mais avec une force suffisante (environ 20 nœuds soit 5 Beaufort) pour que le loch affiche des valeurs croissantes 2, 3, 4, 5 nœuds sur une mer encore lisse et sous un ciel lumineux. Tout cela jusqu’aux environs de midi !

     Mais ensuite tout change sauf l’allure près serré mais avec un vent qui forcit pour atteindre vers 14h des pointes à 25 nœuds ! ça chahute fort malgré les focs ou génois de plus en plus réduits et des caps de plus en plus difficiles à tenir au fur et à mesure des virements de bords. Peu utiles d’ailleurs car on reste pendant près d’1 heure, rivés à la même distance de 10 milles nautiques de l’objectif. Au dernier bord de retour vers Lesconil, BRIDAN décide d’affaler et de caper direct au moteur vers Kérity. Mais FRI FURCH et ENAWEN persistent à la voile et repartent vers le large en flirtant avec la bordure des champs d’algues de Lesconil.

     BRIDAN fera comme eux mais en moins bien car si les foisonnantes bouées rondes jaunes et blanches sont assez visibles, il n’en est pas de même avec les alignements de rectangles de couleur sombre qui dépassent à peine de l’eau… et par conséquent difficilement évitables dans ces conditions météo qui se dégradent encore davantage : vent de plus en plus fort, vagues grosses et cassantes, ciel noir, la barre franche dure à maintenir le cap et … ce qui devait arriver arriva. BRIDAN bloqué d’un coup, mais vite dégagé grâce au coupe-orin, respire.  Pas fier mais soulagé de ne pas rester prisonnier dans cette nasse avec ce mauvais temps. FRI FURCH et ENAWEN feront 2 ultimes virements de bord pour finalement se rabattre aussi sur l’option moteur.

     Ultime spectacle à l’horizon : le MARITE, trois-mâts goélette de 1921 dont l’imposante silhouette se détache au loin sur l’Archipel des Glénan et qui fait route vers Granville, son port d’attache.

     Tout le monde est maintenant en ligne en direction du port de Kérity. BRIDAN, le premier installé à sa bouée, pense pouvoir souffler un peu … mais déchantera bien vite ! Dans le carré 10 cm d’eau circulent allègrement en imbibant tout ce qui s’est trouvé par terre, faute à la gîte. Chaussures, pull, casquette, livre de bord, mallette PC …tout baigne ! Enfin façon de parler, car la priorité réside à trouver dare-dare l’écope, le seau et tout ce qui peut éponger pour limiter les dégâts. Dur épisode à la fois physique et moral car il faudra vite trouver l’origine de cette soudaine inondation et y remédier pour ne pas laisser pourrir ce pauvre BRIDAN qui en a déjà connu de dures avec son skipper !

     Pour faire court : le choc avec la ligne de bouée a exercé une poussée sur le support de l’arbre d’hélice. Et son point de fixation sur la coque s’est fissuré, laissant un passage suffisant pour que l’eau de mer s’y infiltre ! Heureusement « Patrick », saint patron des bretons et des moteurs, par son intervention rapide a non seulement fait le bon diagnostic mais effectué le lendemain une réparation temporaire efficace qui permettra d’attendre qu’un chantier nautique prenne le relais.

Bien d’autres mercis peuvent être décernés à :

  • César et Gwladis, pour leur enthousiasme et pour nous avoir rejoints avec leur valeureux PUFIG.
  • Christian, pour nous avoir montré comment on peut aller vite et bien avec FRI FURCH.
  • Michel, usant de la rassurante stature d’ENAWEN, pour nous apporter conseils et assistance.
  • Daniel, pour avoir assuré le service de navette aux étapes avec sa toute nouvelle annexe.

bon vent et à une prochaine nav …

Daniel D. 

La trace de la croisière (sous Google Earth)

3 minutes de pur bonheur (vidéo)


2 commentaires

  1. Qu’ils sont beaux les bossoirs de Bridan!!
    Belle rencontre avec César et Gwladys !
    Au plaisir de naviguer ensemble!
    Claude

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo