Home » VdE » Une Seinoise en juin

Une Seinoise en juin

     

     Ce lundi 8 juin marque un démarrage bien tardif pour une reprise de croisière 2020. Le COVID 19 ayant pris tout le monde de court, la plaisance a subi elle aussi un confinement qui a paru bien long.

     Bref ce lundi est un jour de reprise avec bonne humeur et voilà qu’à 10h00 5 voiliers (KERVILY, ENAWEN, BLANJUME, RUZED COZ et BRIDAN) se lancent à la conquête de l’île de Sein avec 30 Nm à parcourir …vent dans le nez.

     Au tout départ, dans le chenal de Firbichons et avec une allure grand largue tout va pour le mieux. Mais lorsqu’il s’agit de rattraper ensuite le cap qui conduit à Sein, les efforts redoublent pour tenter de serrer au plus près ce vent contraire. KERVILY, s’en sort le mieux, sportif et affuté, il approche au mieux le cap souhaité et il atteindra parfois les 8 nœuds. Les autres font ce qu’ils peuvent en taillant au large, avec le triste constat d’avoir toujours la même distance à parcourir après 2 heures de cap trop divergent ! Vers midi changement de stratégie. Pour RUZED COZ et BLANJUME, c’est retour à la case départ vers Kérity. D’autant qu’ils ne faisaient route que pour une escale et que mardi risquait d’être compliqué avec un essai militaire de lancement de missiles dans le secteur ! On apprendra que leur retour avec vent dans le dos les a bien fait surfer !

     Pour les autres, c’est le renoncement pour Sein au profit d’Audierne. Un grand bord pratiquement direct nous ramenant presque à l’entrée du port. BRIDAN est désigné pour ouvrir la voie du chenal menant aux cateways. Le port étant fermé pour travaux la capitainerie ne répondra pas à nos appels mais viendra quand même nous accueillir pour l’attribution des places. Amarrés à 16h00 avec 28 Nm parcourus.

     Bricolage, petit repos, bières au bar, chili con carne version KERVILY à bord d’ENAWEN…et dodo seront les dernières phases de cette journée.

Mardi 9 juin

     Une nuit bien tranquille à Audierne avec un peu de bruit sur les 4 heures du matin avec les courageux pêcheurs qui démarrent leurs bateaux pour aller les premiers en mer. Pour nous c’est bien plus tard avec du temps pour larguer les amarres 10h30 bien passées. La sortie du chenal se fait juste remarquée par un beau geste de KERVILY qui rattrape à la gaffe un pare-battage relâché par BRIDAN qui ouvre la route.

     Un joli démarrage à la voile dès la sortie de la jetée avec une allure prés serré à 3 caps différents pour rallier Sein : près de la côte pour ENAWEN, plus au large pour KERVILY et au milieu pour BRIDAN. Jusqu‘en début d’après-midi, c’est entre 4 et 5 nœuds que s’abattent les 15 Nm théoriques. Un virement de bord plus tard pour corriger les écarts de cap, les positions se modifient avec de moins en moins de vent jusque vers 15h00. On finira au moteur à moins de 4 Nm du but et celui-ci sera rassurant au passage des remous qui précède le chenal oriental qui donne accès au port vers 16h00.

     La mise à l’ancre se fait après quelques ronds dans l’eau pour choisir l’emplacement qui laissera les bateaux à l’eau à la prochaine marée basse. Même avec des calculs rassurants, KERVILY et BRIDAN installeront quand même préventivement les béquilles.

     BRIDAN assurera pour la première fois le service de navette avec sa toute nouvelle annexe pour effectuer promenade et dîner au restaurant le Tatoon. Au retour, une petite surprise sera de retrouver à la cale l’annexe, certes toujours bien amarrée à son anneau, mais celui-ci est maintenant immergé à plus de 70 cm sous l’eau sous l’effet de la marée montante ! Le skipper effectuera alors un demi strip-tease pour défaire le nœud. Il s’offrira ainsi un demi-bain de minuit (21h30) en ressortant à demi-mouillé !

     Le retour des clients du passeur se passera ensuite sans autres mésaventures …pour aujourd’hui !

Mercredi 10 Juin

     Le compte rendu d’une journée commence normalement au petit matin, mais dans le port de Sein l’aventure n’a pas d’heure. La mésaventure non plus !

     En effet vers 1h00 alors que la nuit est d’un grand calme un choc métallique secoue BRIDAN, un vilain bruit fait penser au skipper que le moment n’est plus au repos. En effet ça va être sportif. Le premier constat à l’ouverture de la porte du carré, c’est la vue du nez d’ENAWEN qui semble fouiller dans l’annexe coincée entre les bossoirs de BRIDAN ! Qu’elle mouche a piqué BRIDAN de se prendre pour un oiseau et de se percher sur le câblot d’ancrage d’ENAWEN. Et ses 2 pattes ont eu la bonne idée de coincer le câblot entre coque et safrans. Un beau chantier qui obligera le skipper à retirer les safrans, raccourcir son ancrage, surveiller pendant 3 heures les déambulations de nos 3 bateaux qui font une danse insensée lors de la renverse, fixer par précaution tous les pare-battage disponibles, détacher l’annexe et la remonter sur l’avant de BRIDAN, démonter les bossoirs … et apprécier les encouragements de Claude qui surveille de loin tout ce bazar !

     Et pendant ce temps, Michel, le bienheureux…lui, il DORT ! Il se fera un jour voler son ENAWEN en dormant dedans !  

     Bon, revenons aux choses sérieuses. La veille au soir, la cellule de crise « météo » a décidé d’interrompre la croisière au vu des mauvaises prévisions pour la fin de semaine. Ce mercredi démarre donc vers 10h00 par un retour sur Kérity. La sortie du port s’effectue comme l’arrivée en laissant Kornog-ar-Vas-Nevez sur Tribord et prenant ensuite une route Sud sans passer par le Raz de Sein. Rien de spectaculaire ensuite puisqu’avec un vent nul, les 29 Nm seront intégralement parcourus au moteur.

     Un cadeau tout de même avec une immense troupe de dauphins qui viendront jouer pendant plusieurs dizaines de minutes autour de nos voiliers à l’approche du Men Hir.

     Rentrés par le chenal de Penarguer, KERVILY et ENAWEN passeront par la Poire et BRIDAN ira directement à sa bouée. Une noria d’annexes mises immédiatement à disposition par ENAWEN et BRIDAN, feront de « multiples » allers et retours pour débarquer les passagers et les marchandises de KERVILY (incroyable, un vrai cargo !)

     Hélène, Claude, Patrice, Lise, Alain … et leur magnifique petite fille nous accueillent tout sourire au quai.

Daniel Derchue

Les dauphins en baie d’Audierne (vidéo 2mn 54s)


4 commentaires

  1. Encore un bravo appuyé à l’auteur et à l’éditeur de ce bel article!
    Cela appelle à d’autres aventures maritimes😀!

  2. On ne se lasse jamais du « spectacle  » des dauphins (bon choix de la musique d’accompagnement )

  3. La mise en musique des vidéos donne une dimension magistrale à la danse des dauphins, compagnons de route toujours espérés et dont on ne se lasse jamais.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

captcha

Please enter the CAPTCHA text

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

... autres sites météo